3 jours de trek, de Kalaw au Lac Inle

Kalaw est aussi bien la ville de départ pour aller voir la grotte aux 8000 bouddhas à Pindaya que pour faire des treks dans la région d’une journée ou de plusieurs jours. Celle qui est maintenant bien connue et que nous avons choisi part de Kalaw pour arriver au Lac Inle, un lieu à ne pas manquer dans votre voyage au Myanmar. Ce trek dure 3 jours et se fait sans difficultés.

1/ Où réserver votre trek?

Vous pouvez demander tout simplement à votre hôtel. Mais la ville n’est pas très grande et vous pouvez aussi faire le tour pour demander à d’autres endroits. Nous nous avons choisi d’aller comparer les treks dans les agences car généralement nous aimons bien ne pas réserver tout aux hôtels!

Nous avons donc été en ville. Nous avons d’abord été voir l’agence A1 qui se trouve dans la rue principale. Pierre que nous avons rencontré à Rangoon, était passé par cette agence et était satisfait. Nous avons ensuite été chez Mr Sam, très connu, et dont le nom apparait partout même dans le routard (alors qu’il n’y a que quelques lignes sur ce trek). Lorsque nous sommes arrivés au restaurant de Mr Sam, un groupe de filles était déjà présente. Mr Sam leur donnait tous les détails du trek, cela ressemblait même à une conférence. Il n’y a pas à dire Mr Sam connait sa région et le trek! Nous avons écouté les explications tout en mangeant un bon repas (le restaurant n’est ouvert que le midi)! Nous n’avons fait que ses 2 agences et les treks sont les mêmes. Les agences se différencient juste sur leur prix et c’est sur ce point que nous avons choisi le trek de Mr Sam.

2/ Combien coûte le trek?

Pour tous les treks, le prix dépend du nombre de personne dans le groupe. Au maximum, vous serez 6. Vous pouvez décider de faire le groupe de 2 ou être dans un groupe de 4 ou 6 personnes, vous choisissez! Nous avions fait le choix de nous mettre dans un groupe de 6 personnes, d’une part pour avoir un prix plus bas mais aussi pour faire des connaissances. Comme tous les groupes étaient déjà constitués, nous avons dû attendre que d’autres personnes s’inscrivent avec nous. Mais pas de souci, le soir même notre groupe était constitué! Vous pouvez donc privatiser votre groupe si par exemple vous êtes 4 et que vous voulez faire le trek entre vous! Bref, c’est vous qui choisissez.

Le prix maintenant: Pour un groupe de 6, le prix revient à 40000 MMK (env. 34€50) par personne et pour 3 jours. Ce prix comprend la nourriture, les guides, les nuits et la pirogue à la fin du trek. Seul n’est pas compris le droit d’entrée sur le lac Inle. Et oui!! En Birmanie, cela vous coûte moins cher de faire un trek que de vivre 3 jours comme ça! Et en plus la nourriture est carrément meilleure!

3/ Le trek!

Jour 1:

Rendez-vous le Jour J à 8h au restaurant/agence de Mr Sam. Ce matin, 8 groupes partent!!! Il y a du monde dans le restaurant! Nous sommes 7 dans notre groupe: Julien et Sophie qui logeaient dans le même hôtel que nous, Souen que nous avons rencontré à notre hôtel par hasard, et Marc et Aurore (qu’on ne connaissait pas encore). Nous laissons nos sacs à dos au restaurant. La famille Sam s’occupe de les transférer à votre hôtel qu’il faudra préalablement réserver (vous pouvez le faire depuis l’agence de Mr Sam qui vous conseille des hôtels et qui a tous leurs numéros de téléphone). Avec vous, prenez un petit sac à dos, avec juste le nécessaire! C’est juste 3 jours de trek et vous ne pourrez pas vous doucher! Donc ne vous encombrer pas pour rien!

Nous faisons la connaissance de nos 2 jeunes guides qui nous accompagnent: Nan et Julian. Et c’est parti pour 3 jours d’aventure!

Le premier jour n’est pas trop difficile. Nous marchons environ 2h/2h30 le matin et à peu près pareil l’après-midi! Le chemin est pratiquement plat et nous faisons de bonnes pauses. Les connaissances se font peu à peu, entre nous et avec nos guides et déjà une bonne relation s’installe dans le groupe.

Les paysages sont magnifiques. Ce midi, notre premier repas est indien et succulent. En effet, la maison qui nous accueille au milieu des champs est tenu par des Indiens.

P1150416

Il y a beaucoup de plantations de thé, nous avons même vu des femmes ramassant les feuilles.

DSC_9952 DSC_9947

L’après midi, nous longeons un chemin de fer. Bon ça va le train était toujours en gare lorsque nous sommes arrivés. Sur le quai, des Birmanes vendant leurs produits avant le départ du train, cela fait vraiment marché éphémère. Nous ferons une pause dans un petit café/restaurant.

DSC_9957 P1150428 P1150430 P1150435 DSC_9970 DSC_9985

Ce premier soir, nous dormons chez des villageois. Dans cette maison, vivent 3 générations de Birmans dont la grand-mère qui a 83 ans. Cette pauvre dame a le dos tout plié, on l’imagine avoir travaillé aux champs toute sa vie! Tout le groupe dort ensemble dans la pièce du haut, il n’y a pas de lit. Nous dormons à même le sol, avec juste une natte en bambou, faisant office de matelas! Il y avait aussi des petits matelas, seulement il n’y en avait que 4, on était 7! 3 ont dû se sacrifier (enfin pas si sûr, vu leur état comme le nôtre le lendemain matin!). Nous dormons juste en dessous de l’autel bouddhiste, où viennent prier les membres de la famille avant d’aller dormir. Les femmes dorment dans une petite pièce à côté de nous, dont Julian, et les hommes en bas, dont Nan. Il y a de l’électricité mais pas de douche. Les toilettes sont à l’extérieur, à côté de belles petites araignées qui ont tissé leur toile dans les arbres!

Jour 2:

Nous nous réveillons dans le froid. Toute la nuit nous avons tous eu froids et nous avons mal partout!! Ah nous ne savons pas ce que c’est de dormir à même le sol, nous Européens dans nos lits bien confortables. Et ben on peut vous le dire maintenant, on a mal aux hanches!!

Le départ était prévu à 7h45 mais on est un peu lent ce matin! Bon on partira avec 15 minutes de retard! A 8h, après plusieurs « au-revoir » et remerciements à nos hôtes, nous voilà repartis pour … 5h de marche. A priori, nous avons été un peu lent. Le parcours n’est pas difficile du tout, mais ce matin nous avons traversé de beaux paysages et avons rencontré pas mal de Birmans dans les champs en train de travailler. Ils étaient en train de ramasser et de trier le piment rouge. Il y avait des multitudes de piments rouges étendus sur des bâches. C’était super beau. Du coup on en profite, on s’arrête, on prend des photos, on dit bonjour aux habitants. Ces derniers étaient d’accord pour qu’on les prenne en photo. C’est pour moi la plus belle matinée de notre trek. Cet endroit était magnifique car nous traversions des champs, pas de route à l’horizon, que de la nature avec au fond des montagnes! Mais attention aux vaches qui chargent!! N’est-ce pas Aurore? En effet, en passant tranquillement à travers champs, une vache (qui était pourtant attachée) a chargé Aurore qui passait par là! Selon notre guide Nan, les vaches au Myanmar ne supportent pas l’odeur de la crème solaire.

DSC_0085 DSC_0050 DSC_0051 DSC_0057 DSC_0061P1150483

C’est la plus longue marche de notre trek que nous faisions ce matin! En fait, ce matin, avant de partir, Nan nous a proposé de faire un petit détour pour manger chez sa famille!! Super idée! Nous sommes tous ravis de pouvoir partager un petit moment en famille! Nous arrivons vers 13h dans ce tout petit village avec des maisons d’apparence plus traditionnelles que celle d’hier. Ici vivent les Danus, dont est originaire Nan. Nous sommes accueillis par le père de notre guide! Nous verrons aussi sa mère et son beau-frère. Le père de Nan parle un peu anglais. Il est ravi de nous accueillir! Nous nous asseyons sur une natte en bambou dans la pièce principale qui ne contient qu’une télévision, un meuble ainsi qu’un autel à prière.  En voyant Souen s’étirait et faire quelques positions de yoga, le père de Nan part et ramène un livre décrivant ces mêmes positions. Les échanges se font par geste, lorsque les mots manquent. En continuant à discuter avec lui et en lui montrant la télévision et les dvd, le père de Nan nous met une parodie de Twilight version asiatique. Nous étions mort de rire tandis que le père et le beau-frère le regardait sérieusement sans rire du tout!

Après un bon repas, nous commençons à nous endormir! Mais il est 14h et nous devons repartir! Au moment de partir, plusieurs villageois viennent nous voir. Apparemment dans ce village ils ont peu l’habitude de voir des touristes, alors ils sont curieux. Nous les saluons.

Cet après-midi, nous marchons 2h30! Cette fois nous sommes en mode « marche », nous nous attardons moins sur les paysages et on fait moins d’arrêt!

DSC_0006 P1150460

Ce soir, nous dormons dans un village d’ethnie dont les habitants se nomment les Pa-O! Les maisons traditionnelles sont faites dans un genre de bambou, nous n’avons pas trop su! Ce soir, nous pouvons nous laver puisqu’il y a un petit coin à l’extérieur qui fait office de salle de bain en plein air. Une cuve d’eau froide avec un récipient nous permettra de nous faire une toilette de chat!

Nous proposons ce soir à Julian et à Nan de partager le repas avec nous! Durant tout le trek ils mangeront à part et après nous, dans les cuisines. Ils acceptent. Nous passerons une super soirée. Nous gouterons l’alcool local, l’alcool de riz que le propriétaire nous ramène planquée sous sa veste. En lui demandant si c’est interdit d’en consommer, il nous explique que c’est juste à cause de sa femme!

En fin de soirée, Julian nous raconte l’histoire de son ethnie.

« D’un côté de la rivière, dans la forêt vivait une dragonne. De l’autre côté, il y avait un alchimiste. La dragonne, voyant l’alchimiste, tomba amoureuse. Elle se changea alors en humaine et passa de l’autre côté de la rivière. L’alchimiste tomba amoureux et ils se marièrent. Lorsque la « dragonne » tomba enceinte, l’alchimiste alla dans la forêt, ramasser des herbes pour l’aider à accoucher. Mais lorsqu’il revint, il vit non pas la femme mais la dragonne (elle ne pût garder son apparence humaine). Découvrant cela, il s’enfuit. La dragonne accoucha de deux œufs: un noir et un blanc. De l’œuf blanc est né le premier Karen (ethnie connue sous le nom des femmes girafes). Quant à l’autre œuf, il fut découvert par un villageois. Lorsqu’il tapa dessus pour l’ouvrir, ça a fait « Pa » et lorsque l’œuf s’ouvrit, ça a fait « O ». Est né alors le peuple Pa-O. Depuis on dit que les Pa-O sont des demi dragons! » Jolie histoire et soirée sympa!

P1150505 P1150506

Jour 3:

La nuit fut meilleure et plus chaude! Nous avions 2 couvertures chacun et un petit matelas! Du coup c’est plus difficile pour se lever! Il faut dire que nous sommes bien au chaud dans notre dodo, dehors il fait froid (il est 6h30 du matin!). En effet à cette époque (décembre) les nuits sont assez fraiches. Nous aurions dû partir à 7h mais ce sera finalement vers 7h30!

DSC_0166

Bon une fois que nous partons, nous sommes bien motivés! Ce sont nos dernières heures de marche, et nous ne marchons que ce matin! Il nous faudra 4h pour arriver au lac Inle. Une dernière pause, les gars en profitent pour faire le foot asiatique avec quelques Birmans.

P1150521

Dans la dernière heure de marche, nous avons rencontré plus de groupe. Si nous étions pas mal de groupe à partir le même jour, nous n’en croisions peut-être qu’un dans la journée. Du coup ce ne fut pas du tout un problème.

P1150512

A 12h, nous arrivons non loin du lac Inle. Il nous faudra d’abord payer un droit d’entrée (11000 MMK, env. 10€) pour y aller.

Et puis comme tous les groupes nous déjeunons dans un magnifique endroit où des tables et chaises en bambou sont installés sous des petites terrasses. Ça fait vacances, et après un trek de 3 jours, c’est bien sympa. Nous nous détendons, contents d’être arrivés lorsque nous voyons le visage de Julien se décomposait et que nous l’entendons crier! En effet, un serpent est en train de passer sous nos pieds! Nous qui n’arrêtions pas de demander si on pouvez voir un serpent (en espérant le voir de loin bien-sûr), le voilà sous la table! Quelle frayeur, même les Birmans avaient peur! Ces derniers l’ont tué! Il s’est avéré après coup qu’il n’était pas venimeux! Mais à priori, lorsque la population voit un serpent, elle le tue! Et le Karma dans tout ça?

Après manger, nous devons partir. 5 minutes de marche nous amène au bord du lac où nous attend une pirogue. Ce trajet est compris dans le prix du trek. Nous voilà sur le lac Inle. Pendant 1h30, nous pourrons admirer les paysages magnifiques de ce lieu. Nous arrivons vers 15h au village principal du lac Inle, là où se trouvent toutes les guesthouses notamment: le village de Nyaungshwe.

P1150535 P1150540 P1150545

Nan nous explique où se trouve notre hôtel, réservé depuis Kalaw. Nous vous donnerons les détails sur notre hôtel dans notre prochain article.

4/ Conclusion sur le trek:

Nous vous conseillons vraiment de faire ce trek. Tout était très bien organisé. Et comme nous le disions plus haut, même si beaucoup de monde fait ce trek, vous ne croiserez jamais beaucoup de personne sur votre chemin sauf au moment d’arriver sur le lac Inle. Donc ne craignez rien quant à l’idée d’une possible autoroute à touristes. Nous n’avons rien à redire si ce n’est peut-être une légère frustration au niveau des explications sur la vie des ethnies. On en a eu quand-même un peu. Les repas ont toujours été très délicieux et on a mieux mangé lors de ce trek (et dans notre prochain trek) que dans les restaurants du pays. Et nous avons rencontré une population toujours au travail mais toujours accueillante!

DSC_0017 DSC_0026

C’est un fabuleux moment que nous avons partagé avec des gens formidables et nous avons eu 2 guides très sympathiques et dynamiques. C’est aussi une autre façon d’arriver dans un nouveau lieu à visiter. Pour conclure, c’est vraiment à faire. Par contre, nous vous conseillons de le faire maintenant (comme la visite de ce pays). Nous avons fait ce trek en décembre 2014. Nous avons rencontré le premier jour un français marié à une Birmane. Elle nous expliquait que cela changeait très vite. Avant il n’y avait pas de route du tout, tout n’était que champs de plantation de thé. Aujourd’hui, ces champs disparaissent et les locaux vont maintenant dans les mines d’or non loin puisque cela rapport plus que le thé (en même temps n’est-ce pas normal?!). Et lorsque nous avons fait notre trek, des chemins avaient été tracés et des tas de cailloux étaient au bord. Des routes vont se construire aux endroits même où nous passions. Nous ne savons pas comment tout cela va évoluer mais comme pour tous ces pays, la beauté du paysage n’est pas forcément le souci de ceux qui dirigent le pays… Espérons que d’autres chemins de randonnées seront au moins créés aux alentours.

P1150600

Laisser un commentaire