Le Mont Bromo et Le Kawah Ijen

Le Mont Bromo et le Kawah Ijen furent deux étapes importantes de notre voyage, l’un pour sa beauté, l’autre pour son humanité.

Nous avons choisi un circuit auprès d’une agence de voyage qui comprenait les trajets (de Yogyakarta au Mont Bromo puis au Kawah Djen et enfin au ferry), deux nuits d’hôtel (au Mont Bromo et au Kawah Djen) et la traversée en ferry. Tout cela pour 570000 Rps (env. 37€) par personne après négociation. On ajoutera 90000 Rps (env. 6€) par personne pour qu’une jeep nous emmène vers un point plus haut, où nous dit-on nous aurons une meilleure vue sur le lever du soleil et sur le Mont Bromo.

  • Le Mont Bromo:

Départ pour le Mont Bromo à 3h du matin! Dehors il fait très froid, il faut vite s’habiller et mettre des vêtements bien chauds. Plusieurs jeep nous attendent, on nous en attribut une et nous en suivrons des dizaines, que dis-je, des vingtaines, peut-être plus! Et non nous ne sommes pas encore seuls sur ce coup!!! Mais nous verrons un magnifique lever de soleil comme nous n’avions pas encore vu (aujourd’hui encore nous n’avons pas revu un tel spectacle). Nous en prenons plein les yeux. Les couleurs précédent le lever du soleil sont magiques, des nuances de rose, orange et jaune à n’en plus finir avec en toile de fond le Mont Bromo et le majestueux Semeru. Le soleil est levé, nous profitons de la vue et de la chaleur retrouvée.

IMG_6842 IMG_6844 P1040940

P1050006

Il faut maintenant retrouver notre jeep parmi toutes les autres. Pour cela, le chauffeur nous a donné le numéro de sa plaque. Une fois ce dernier retrouvé, nous filons vers le Mont Bromo. Nous traversons un paysage désert de sable volcanique.

Le Mont Bromo est un volcan éteint qui a la particularité de laisser échapper une fumée blanche. Nous pouvons grimper jusqu’à son cratère. Pour cela deux possibilités: aller au pied du volcan soit à pied comme des courageux, soit à dos de chevaux ou grands poneys (?). Il faudra ensuite gravir les 246 marches menant au sommet du cratère.

 P1050103 P1050062

P1050087

  • Le Kawah Ijen:

Après le Mont Bromo, nous avons choisi d’aller au Kawah Ijen, un volcan de souffre où travaillent des Hommes avec des conditions précaires et qu’on nomme « les porteurs de souffre ».

Si beaucoup de personnes vont au Mont Bromo, la majorité d’entre eux ne vont pas au Kawah Ijen et partent directement pour Bali. Dommage car c’est pourtant une forte expérience humaine! Cela reste un avantage pour nous: c’est moins touristique!

De nouveau, il nous faudra nous lever de bonne heure: 4h, faire une heure de route pour arriver au point de départ. Il nous faudra ensuite grimper 3 KM pour atteindre le haut du volcan sous la pluie. Une fois en haut, vous n’êtes pas arrivés puisqu’il faudra descendre 600m pour atteindre le cratère, là où les hommes extraient le souffre. La descente est plutôt difficile et glissante, il n’y a pas de chemin tout tracé.

P1050176

En chemin, nous rencontrons Antonio, un des plus jeunes qui travaillent au Kawah Ijen. Il se fera un plaisir à répondre à nos questions. Antonio travaille depuis 2 ans (en 2010) mais certains hommes travaillent depuis 55 ans (pour le plus vieux). Ils doivent extraire le souffre qui passe d’un état liquide à un état solide à l’air libre. L’odeur est insupportable, il nous faudra des écharpes pour mettre autour de la bouche et du nez. Lorsque nous étions au centre du cratère avec les porteurs de souffre, une fumée de souffre nous a envahie si bien qu’on ne voyait plus rien, même à 5 mm. Les Hommes nous ont alors dit de rester groupé et nous ont remonté. Cela a peut-être duré 1 minute mais c’était assez horrible. Antonio nous racontait que cela arrivait souvent. Puis les Hommes doivent remonter le souffre jusqu’en bas de la montagne. Ils font deux voyages par jour avec un premier panier de 80 kilos et un second d’environ 70 Kg. Ils peuvent monter jusqu’à 100Kg. Ils sont payés pour cela 6 centimes d’euros par Kg.

 P1050192

Malgré toute cette pénibilité, ces Hommes ne se sont jamais plaints et ont toujours gardé le sourire, prenant le temps de nous expliquer simplement ce qu’il faisait.

P1050252

Antonio voulait apprendre le français pour lâcher ce boulot et devenir guide. Nous espérons qu’il a pu ou qu’il est en bonne voie de réussir…

 P1050242

Laisser un commentaire